Antisémitisme

Notre responsabilité, c'est d’être au rendez-vous dès que la République est menacée. Face à la hausse spectaculaire des actes antisémites (+74% en un an), aux dégradations des arbres plantés en mémoire d’Ilan Halimi et aux portraits de Simone Viel, aux tags sur la devanture d’une enseigne de restauration, nous devons agir )

C'est pourquoi, mardi 12 février, à l’Assemblée Nationale, Olivier Faure a rappelé que « l’antisémitisme n’est pas l’affaire des juifs. C’est l’affaire de toute la nation ». Il a lancé un appel à la mobilisation de toutes les forces républicaines pour affirmer que l’antisémitisme est un délit et que nous devons dire clairement : Ça suffit !

A l’initiative du Parti socialiste, plus de 20 organisations politiques, de droite comme de gauche se sont associées autour de la déclaration commune « ça suffit : l’appel à l’union contre l’antisémitisme ». Ensemble, nous vous invitons à un grand rassemblement place de la République, mardi 19 février, à 19 heures. Soyons nombreux !
 

Dès le 6 novembre, le Bureau national du Parti socialiste exprimait son soutien aux "Français qui défendent leur pouvoir d’achat" et demandait l’organisation d’une conférence nationale sur le financement de la transition écologique. C'était avant les premiers blocages de ronds-points et les premières manifestations.

Le 2 décembre, Olivier Faure et les présidents des groupes parlementaires écrivaient au Président de la République pour l'exhorter à rétablir l'ordre après les premières violences et à entendre la demande de justice sociale qui émanait du mouvement. Dès le lendemain, une proposition de loi était déposée à l'Assemblée nationale (consultable ici) qui propose :

  • le rétablissement de l'ISF, 
  • une nouvelle version du chèque énergie pour aider 3,7 millions de nos compatriotes à répondre aux enjeux de la transition écologique, 
  • une augmentation de la prime d'activité, 
  • l'indexation des pensions de retraite de base sur l'inflation, 
  • une limitation de la hausse de la CSG pour les plus hautes retraites...

Autant de mesures financées par la taxation sur les revenus mobiliers comme les dividendes. Il aura fallu attendre le 10 décembre pour que le Président de la République annonce enfin quelques premières mesures pour répondre à l'attente de justice sociale du pays et lance un grand débat national. 

Parti républicain, le PS participe à cet exercice démocratique pour y porter, en responsabilité, des propositions concrètes permettant une issue à la crise que traverse notre pays depuis maintenant plusieurs mois. Nous encourageons également les Français à s'emparer de la question de la pauvreté en participant sur notre plateforme collaborative La Ruche aux échanges sur cet enjeu de première importance. Nous sommes enfin très attentifs aux conditions d'exercice du grand débat en participant au comité de suivi : il s'agit de s'assurer que le grand débat se déroule dans des conditions honnêtes et impartiales et que la restitution des débats sera conforme aux sujets dont se seront emparés les Français.
ISF

Le Président n’entend pas l’exigence de justice fiscale qui monte du pays. Les efforts sont toujours pour les mêmes, les cadeaux fiscaux aussi.

Le Président ne veut pas rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Les socialistes pensent que les Français·e·s doivent être consulté·e·s par référendum avec une question simple : êtes-vous favorable au rétablissement de l’ISF ?

Il existe aujourd’hui une possibilité d’obtenir cela grâce au Référendum d'Initiative Partagée (RIP).

Rappelons que l'assiette de l'ISF ne prenait pas en compte les trois quarts des montants investis dans le capital des PME lorsqu'il ne s'agissait pas de placements spéculatifs et donc que cet argument donné par Emmanuel Macron pour justifier cette suppression est fallacieux.

Il faut d’abord réunir la signature de 185 parlementaires, puis celle de 4,7 millions de Français·e·s. Aujourd'hui, ce sont déjà 161 parlementaires qui se sont mobilisés : il en reste encore 24 à convaincre ! 

Dès la première étape, nous avons besoin de vous pour interpeller vos députés et sénateurs. Vous pouvez vous rendre sur la plateforme participative www.referendum-isf.fr vous permet d’écrire directement à vos élus en entrant simplement votre adresse.

Chaque voix compte, faites-vous entendre !
De l'inventaire du quinquennat aux combats communs de la gauche et des écologistes : pour les socialistes, cette semaine aura été déterminante pour renouer les fils du dialogue avec les Français.

Comme l'a rappelé Olivier Faure, nous avons décidé de participer au grand débat, sans être dupes de ce qu'il devient, mais avec la volonté de contribuer à construire une solution politique utile à nos concitoyens. 

Pour relever les défis climatiques, sociaux et démocratiques, la gauche doit porter une nouvelle espérance. Face aux libéraux, aux populistes et aux nationalistes, elle doit se rassembler. Plus d'excuses pour les diviseurs !

Ensemble, osons les combats de la gauche et des écologistes !

Les combats communs de la gauche, discours d'Olivier Faure le 2 février 

201901 OFJeudi dernier, le Premier secrétaire Olivier Faure était l'invité de Nicolas Demorand et Léa Salamé dans la matinale de France Inter. Interrogé sur différents sujets, Olivier Faure a réaffirmé que le Parti socialiste s'investirait dans le grand débat national qu'il avait appelé de ses vœux dès novembre dernier et y verserait ses propositions afin d'infléchir la ligne du gouvernement. Quant aux élections européennes, le Parti socialiste continue sans relâche son travail en faveur d'un rassemblement de la gauche.