Mercredi 1er février 2017, le maire d’Elancourt Jean-Michel Fourgous, a soumis au vote du Conseil Municipal une délibération décidant de lui attribuer une indemnité annuelle pour frais de représentation de 10 000 euros. Les élus de Gauche au conseil municipal se sont opposés à cette délibération indécente.

Jean Michel Fourgous, un élu qui cumule déjà les indemnités

Le Maire d’Elancourt est un habitué du cumul des mandats et des indemnités. Alors que la plupart des élus s'inscrivent aujourd’hui dans une démarche de limitation des mandats, Jean-Michel Fourgous ne semble pas pouvoir s’en passer. Député durant 14 ans, Maire depuis 21 ans, Jean-Michel Fourgous n’a, semble-t-il, jamais vraiment connu la réalité du marché de l’emploi.

Après avoir perdu son siège de député en 2012, il s’est empressé de repartir à la course aux mandats. Ainsi, il cumule aujourd’hui les fonctions de Maire, Vice-président de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et Conseiller départemental. Chacun de ces mandats donnant lieu à une indemnité, c’est au total 7678,13 euros que Jean-Michel Fourgous perçoit chaque mois ![1]

Des frais de représentations indécents !

Mais ce confortable revenu équivalent à plus de cinq fois le SMIC, ne semble pas suffire au Maire d’Elancourt. Mercredi 1er février 2017, il a ainsi soumis au vote du Conseil Municipal une délibération autorisant le versement d’une indemnité de représentation de 10 000 euros par an ! Le Maire d’Elancourt réussit l’exploit de toucher à lui seul, une indemnité supérieure à celle des maires de Montigny et Voisins le Bretonneux cumulées.

Pourtant si prompt à donner des leçons de gestion à qui supporte de l’écouter, le maire d’Elancourt aurait été bien inspiré de tenir compte des comportements plus vertueux de ses collègues de Trappes ou Magny-les-Hameaux dont l’indemnité s’élève à … zéro euro !

Dans un contexte de restriction budgétaire sur lequel il prend appui pour justifier la hausse des impôts locaux ou la diminution des subventions aux associations, cette indemnité est particulièrement indécente.

Quelle indécence, pour ce chantre du libéralisme, obnubilé par le “coût du travail” et le supposé système “d'assistanat” dont bénéficieraient les français, de s'octroyer une indemnité mensuelle pour ses frais de bouche égale à 1.5 fois le Revenu de Solidarité Active !

Quelle indécence d’oser prétexter que cette indemnité n’est pas suffisante au regard de ses dépenses ! S’il s’agit de financer des repas avec des “grands entrepreneurs”, tel son ami Serge Dassault récemment condamné pour blanchiment de fraude fiscale, l’argent des Elancourtois peut certainement être utilisé à meilleur escient.

Malgré la réponse particulièrement virulente faite en séance, nous ne nous laisserons pas impressionner et poursuivrons notre travail afin de faire toute la lumière sur l’utilisation des fonds de la commune.


[1] Conseil Municipal du 8 avril 2014 - délibération n°20140007. Conseil Communautaire du 26 avril 2015 - délibération n° 2014-424. Conseil Départemental du 19 juin 2015

Vos élus étaient présents à la cérémonie du 8 mai, au cimetière de la Vallée Favière.

201605C 001  201605C 002

Dépot de gerbe du Député Benoît Hamon, représenté par Michel Besseau.

201605C 003  201605C 004

Remerciements aux délégations présentes.

201605C 005  201605C 006

 

impot locauxLa majorité de droite LR aggrave le sort des élancourtois. Les élus de gauche ont voté contre ce budget.

Alors que le parti du maire d’Élancourt demande de tripler les baisses de subventions aux communes, le budget 2016 de la ville est en hausse !

+ 300% pour les fêtes et cérémonies

+118% pour les frais de représentations du maire !

A un an de nouvelles élections, nous parions que ces hausses servent plus à la communication du candidat-maire cumulard qu'à redynamiser au long terme notre commune.majorité de

En revanche, l’enveloppe des subventions aux associations diminueront de 68 000 € !

Les élancourtois font les frais d’une gestion opportuniste et partisane.

Ils continueront de voir leurs associations affaiblies comme l'Ecole de Musique, leurs services de proximité fermer comme le Point Accueil Jeunesse à la Clef Saint Pierre. Ils payeront la facture !

Après une hausse de 66% de la taxe foncière votée par la majorité de droite du département dont le maire est membre, les élancourtois auront droit à une hausse de 3% de leurs impôts locaux !

Ces choix budgétaires abandonnent ceux qui font la richesse de notre ville et frappent les plus démunis. Nous aurions préféré applaudir son adhésion nouvelle à la défense des services publics, nous ne pouvons que regretter ce double discours.

WP 20151111 003Alors que les élancourtois étaient rassemblés ce mercredi 11 novembre au cimetière de la Vallée Favière pour célébrer l'armistice de 1918, le maire d’Elancourt a une fois de plus confondu cérémonie Républicaine et tribune politique. Ainsi, a-t-il cru bon de faire écho au discours porté depuis plusieurs mois par le Front National en remettant en cause la tradition d'accueil de la France et sa capacité à ouvrir ses portes aux hommes, aux femmes et aux enfants qui fuient les massacres perpétrés dans leurs pays.Dans le contexte actuel qui voit monter l’extrême droite partout en Europe, il aurait pu s’étendre sur l’importance de préserver la paix. Il aurait pu appeler les citoyens à se battre toujours contre la haine de l’étranger et la peur de l’autre. Il aurait pu rendre hommage aux 700 000 soldats venus du Maroc, de Tunisie, d’Algérie, du Sénégal et de l’ensemble de l’Empire colonial français pour combattre aux côtés des soldats français et dont 80 000 sont morts pour la France.Mais le maire d’Elancourt a choisi de surfer sur la vague bleue marine, d’aller courir après les thèses du FN, espérant certainement récolter les graines semées par l’extrême droite en période électorale. 

Les élancourtois ne s’attendaient pas à entendre la rhétorique du Front National en lieu et place d'un hommage à la paix et aux soldats morts pour la France. Choqués, plusieurs d’entre eux ont quitté l’enceinte du cimetière durant son discours.

WP 20151111 005Cette attitude irresponsable n'est pas digne d'un élu de la République. Malheureusement, il semble que la porosité entre droite et extrême droite soit de plus en plus forte sur notre territoire. Après les tweets nauséabonds relayés cet été par des élus de Maurepas proches de Jean-Michel Fourgous, c'est un autre de ses acolytes, Othman Nasrou qui réussit la performance de faire entrer le Front National au conseil municipal de Trappes. Rien d’étonnant non plus à entendre un élu de la majorité d’Élancourt expliquer sereinement que la mort de milliers de femmes, d'hommes et d'enfants en méditerranée n'est que le fruit d'un processus de sélection naturelle...

Cette stratégie qui vise à reprendre à son compte les thèses de l’extrême droite en espérant récupérer quelques suffrages est particulièrement inquiétante et dangereuse. En renonçant à faire rentrer dans le giron républicain des citoyens tentés par le rejet de l'autre et le repli sur soi, ces élus ne font que valider les thèses du Front National et contribuent à ancrer ce discours dans le champ politique de manière durable.

4675219 5db3ba28 ddd9 11e4 bc78 001517810e22 1 900x562 autocropElancourt, hier soir mardi 7 avril. Le maire (UMP) d’Elancourt Jean-Michel Fourgous (au centre) a été interpellé par l’opposition lors du conseil municipal sur la hausse des impôts locaux. (LP/L. Mt.)

Alors l’opposition a bondi. Hier soir mardi lors du vote du budget en conseil municipal à Elancourt, la hausse de 8 % sur la taxe d’habitation et la taxe sur le foncier bâti est restée en travers de la gorge des élus PS et de l’élu FN, Nicolas Boher.

Ce dernier a accusé le maire (UMP) Jean-Michel Fourgous de « trahir ses promesses et ses électeurs. ». Du côté des socialistes, Michel Besseau a noté que l’édile « savait depuis 2011 que les subventions de l’Etat continueraient à baisser », l’invitant à « revoir plutôt les dépenses sur le personnel (NDLR : 22,5 M€). » Le premier magistrat, s’il a pu lui aussi sortir de ses gonds quelques instants face à ces accusations, a toutefois expliqué les circonstances qui l’ont amené à prendre cette décision. Une décision assez unique cependant dans les annales de sa mandature puisque ces taux n’avaient augmenté que de 3 % entre 1996 et 2014.

« Avec la baisse des dotations, le fonds de solidarité entre communes, les rythmes scolaires, nous avons perdu 3 M€ en trois ans, estime Jean-Michel Fourgous, ce qui aurait dû nous contraindre à une hausse de 20 % des impôts. Nous ne l’avons pas fait car nous gérons bien notre budget. Mais cette fois, on fait face à la politique calamiteuse de l’Etat qui a littéralement asphyxié les collectivités locales. » Pour 2015, le taux communal de la taxe d’habitation s’établit donc à 14,46 % (contre 13,39 % en 2014) et celle sur le foncier bâti à 19,83 % (18,36 % en 2014.)

D'après l'article du Parisien

2011 Élus. © 2015 - Section d'Élancourt du Parti Socialiste.
Powered by Joomla 1.7 Templates