A12

Quels déplacements en 2020 ?

 

M. Labrousse expose alors les prévisions de la DDE en matière de transport, prévisions définies à partir des données, démographiques, economiques…
Il faut tout d’abord prendre en compte les grands projets yvelinois en matière d’infrastructures de transports en commun :

  • TCSP prévu entre les gares SNCF de Trappes et La Verrière,
  • Projet de TCSP (tramway-bus) entre Saint-Quentin et Massy (la « Neuroline »)
  • Projet de la Tangentielle Ouest entre Achères et Sénart, avec arrêt à Versailles Chantiers

M. Bertrand expose alors les prévisions démographiques et économiques qui influeront sur les transports (a partir des projections de l’INSEE) Entre 1999 et 2020 en IDF :

  • + 850 000 habitants
  • + 225 000 emplois

Il s’agit du scenario central (continuité des courbes observées depuis les années 90…)
Entre 1999 et 2020, dans les Yvelines :

  • + 127 000 habitants
  • + 19 000 emplois

Conséquences en terme de déplacements :

  • Déplacements dans Paris : - 0,1% par an
  • Déplacements Paris-Périphérie : + 0,2% par an
  • Déplacements Périphérie-Périphérie : + 1,1% par an

D’une façon générale la croissance du trafic augmentera de 1,4% par an jusqu’en 2020, et le temps passé dans les transports augmentera de 2,7% par an.

Intervention de M. Marguerit :
Le scénario idéal serait d’éviter ce prolongement, d’avoir un nombre décroissent de mobilités et une amélioration de l’offre en transports en commun....Mais, les déplacements ne cessent d’augmenter à SQY, et que cela risque de se renforcer avec l’augmentation du coût des logements qui incitent la population à quitter les zones urbaines, pour aller s’installer dans la couronne plus rurale de la région, voire en Eure-et-Loir.
Il constate une déconnexion Habitat-Emplois, ce qui a pour conséquence une augmentation des besoins en déplacements.
Le bouclage de la Francilienne (A 104) ne fera qu’augmenter le flux automobile à SQY.

Intervention de M. Le Vot
Le Plan de déplacement Urbain de la Région prévoit une baisse de la circulation automobile, or celle-ci ne fait qu’augmenter.
SQY fut l’un des premiers territoires à mettre en place un Schéma de Déplacement Local, afin de favoriser les Transports en commun.
Une deuxième voiture coûte à un ménage environ 450€ par an. L’objectif des transports en commun c’est donc d’être aussi compétitif que la voiture.
L’augmentation du prix de l’essence pourrait favoriser la compétitivité des transports en commun.
Il faudrait pour cela un « Saut Qualitatif » estimé à 6 milliards d’euros afin d’avoir une nouvelle compétitivité des TC (comme l’a été la mise en place du RER)

Intervention dans la salle :
Question a propos des prévisions sur le trafic des pois lourds
Réponse de la DRE :

  • Trafic interne à la Région IDF : -1% par an d’ici 2020
  • Trafic d’Echange : + 1,2% par an
  • Trafic de Transit : +0,7% par an.

Intervention de M. Mouranche :
Impact de la voiture sur la gaz à effet de Serre : 28% en France, mais 50% en Ilde-de-France.
Il faut donc réinventer l’intermodalité, remettre en case la primauté des Poids lourds, remettre en cause le financement du STIF, de la SNCF et de la RATP

Intervention de M. Vandewalle , Président du PNR et Maire de Lévis-Saint-Nom
Il pose la problématique de l’A12 à une échelle plus large.
Il remet en cause les prévisions de la DRE/DDE. En effet, la circulation en grande couronne a fortement augmenté entre 90 et 99, mais depuis cette croissance est beaucoup moins importante. Il s’appuie sur les volontés politiques de la Région, de ralentir la croissance urbaine en grande couronne pour densifier les centres urbains qui demande moins d’infrastructures de transports.
Il déclare aussi que la majorité ( ! ) des ménages possède deux voitures, et qu’on ne pourra pas augmenter ce chiffre
Il insiste sur le fait que le Sud-Yvelines connaît les plus fortes pollutions de la Région notamment dues à la présence des autoroutes.
Enfin, il déclare que cette pollution ne connaît pas les limites entre le PNR et Saint-Quentin
Enfin, il s’interroge sur le rôle réel de cette autoroute :
Aura-t-elle une fonction de Transit routier (déviation de la ville nouvelle) ou de desserte de la ville Nouvelle ?
Une question essentielle se pose alors : le rôle de l’échangeur situé au Mesnil : Cette échangeur permettra de sortir de l’A12 pour rejoindre la R12 (qu sera alors achevée) et qui traversera Elancourt du Nord au Sud, afin de rejoindre la RD30 pour aboutir sur l’A104, c'est-à-dire la Francilienne.
Donc cette autoroute, même si elle se fait par le vallon aura pour conséquence une augmentation du trafic dans tout le secteur de la Ville Nouvelle
Il est longuement applaudit.
M. Bertrand lui répond : l’A12 ne règlera peut-être pas tous les problèmes de circulation.
Protestations dans la salle

Intervention dans la Salle :
Question sur le manque de documents concernant le développement des transports en commun dans le dossier de débat public.
La DDE répond que tous ces documents existent et son disponibles au siège de la commission. De plus, le prolongement de l’A12 (si ce n’est pas le réaménagement de la N10), à pour ambition de développer les transports en commun, les circulations douces sur la N10 transformée en boulevard Urbain. C’est donc une question centrale du dossier.
Question de M. Laugier , Maire de Montigny , pour le directeur régional de RFF, en retard et qui vient tout juste d’arriver…
Il déclare alors : « Il a peut être loupé son train, ou alors il y a grève ou il y a peut-être des retards, c’est toujours comme ça avec la SNCF ! »
Puis il pose sa question : combien de projets ferrés sont prévus dans la région et combien sont financés ?
Réponse de M. Chainaux :
Il répond aux accusations de retard. Il déclare qu’il avait prévu d’arriver à cette heure-ci, et que son train était bien à l’heure !
Il déclare qu’il n’est pas possible d’augmenter la desserte de la ville nouvelle en matière de réseau ferré, car ce réseau est saturé actuellement.
L’objectif de la SNCF et de RFF est de créer un Schéma Directeur de la Ligne C, comme cela vient de se mettre en place pour la ligne B, mais cela ne pourra se faire que dans un délai de 10 ans.

Intervention d’une maire adjointe de La Verrière
Elle déclare que le trafic de la N10 n’est pas prêt de diminuer dans les années à venir.
Elle fait remarquer aussi que le problème du trafic automobile concerne tout le monde y compris les habitants du PNR qui l’utilise sur le réseau saint-quentinois…
Protestations des habitants du PNR dans la salle

Intervention d’un habitant du Mesnil dans la Salle
Il met en cause les services de la DDE, qui ont abandonné l’entretien de la N10, et qui aujourd’hui déplore la situation actuelle…Et aujourd’hui ils présentent un nouveau projet alors qu’il ferait mieux d’entretenir leur réseau existant…
Le président de la commission intervient en dénonçant le ton accusatoire de la question de cet intervenant.

Intervention de Pierre Merlin :
Il estime que la date butoir de 2020 est beaucoup trop proche et qu’aujourd’hui il faut réfléchir en terme de transport à l’horizon 2050.
Il met lui aussi en cause les prévisions de la DDE. En effet, la mobilité a énormément évolué depuis 40 ans, et l’objectif n’est pas de faire des courbes, mais de faire la prospective, de comprendre les évolutions sociales du pays qui ont une conséquence sur les mobilités.
Il défend alors le projet de « ville compacte », ce modèle de ville qui prône la densification des centres urbains, l’économie des espaces ruraux, ne nécessite pas l’aménagement de nouvelles infrastructures.
Pour illustrer ce modèle de « ville compacte » il prend l’exemple de la région parisienne : la circulation automobile croit énormément pour des trajets de la grande couronne à Paris, mais décroit aussi fortement dans le centre de Paris, ou les transports en commun sont fortement dominants.
Donc, pour faire baisser le trafic automobile dans les années à venir, il faut trouver des solutions dans l’urbanisme : densifier les villes-centres, créer des réseaux de transports efficaces, en améliorer la qualité et l’offre (comme le RER dans les années 70), et pourquoi pas la prise de décision spectaculaire par la Région : la gratuité des transports en commun !
Il est longuement applaudi !
Il conclue par dire qu’en terme de coût, cela n’est pas inimaginable : La création d’une voie ferrée coûte aussi chère que la création d’une autoroute, mais elle permet de transporter 8 fois plus d’usagers…

Intervention de M. Le Vot
Il déclare que de toute façon la création d’infrastructures ferrées engendreraient les mêmes débats et les mêmes contestations que la création d’une autoroute…

Intervention de Pierre Merlin , concernant le temps passé dans les transport :
La moyenne est de 1h20 par jour avec de fortes disparités…Mais la vitesse de transport a tendance à augmenter ce qui peut paraître surprenant.
Pour résoudre ce problème de temps dans les transports, il n’y a pas de solution miracle si ce n’est l’amélioration des transports en commun.
Il estime en effet qu’il y a deux RER :

  • Un vrai RER : celui géré par la RATP (ligne A par exemple) et qui a la culture RATP, fréquences rapides, efficacité du réseau…
  • Un faux RER : celui géré par la SNCF (ligne C) ui est beaucoup moins efficace.

Il faut un urbanisme plus rigoureux : favoriser les secteurs connecté, l’intermodalité…

Intervention de M. Marguerit :
Il déclare que le manque de réseau de transport peut atteindre l’attractivité du territoire…Et qu’aujourd’hui on ne peut rester dans la situation actuelle à SQY si on ne veut pas que le territoire ne devienne pas répulsif pour les entreprises et les habitants.
Il insiste sur le fait qu’il faut faire un effort sur les transports en commun.
A ce propos, question d’un membre de la commission : Le projet de passer de 2 à 4 voies ferrées entre la Verrière et Rambouillet est-il toujours d’actualité ?
Le directeur régional de la RFF déclare que cela reste en projet, au même titre que le prolongement de l’A12 !

Intervention d’un habitant de Trappes :
Il demande à la DDE s’il a bien pris en compte le PLH de SQY.
Il pose une question concernant les transports en commun. Un document de la commission décrit que 42% des places assises sont inoccupées sur la ligne Rambouillet-Montparnasse en heure de pointe, et il se demande d’ou vient ce chiffre…
Surprise de la salle concernant ce chiffre !
La DDE répond qu’elle a bien pris en compte le PLH dans ses prévisions, et confirme les chiffre de 42% de places inoccupées fournis par le STIF.
Nouvelle surprise de la salle !
P. Merlin répond à propos des chiffres des places assises, que les deux sens de la ligne sont pris en compte :
Aussi, si toutes les places sont occupées pour la direction Rambouillet-
Montparnasse, quasiment aucune le sont dans le ses Montparnasse-Rambouillet. Et le STIF fait la moyenne des deux sens dans ce calcul !
La salle applaudit et remercie P. Merlin pour sa réponse !

Question d’un habitant de Trappes :
Qu’en sera-t-il de la desserte locale après le prolongement ?
Il déclare aussi que les ruraux du PNR profitent des services des villes, et qu’ils seraient les gagnants du prolongement de l’autoroute…
La DDE répond que la desserte locale dépendra du projet choisi : chaque projet est assez différent, et répond différemment aux question de la desserte locale. P. Merlin répond qu’il ne faut pas voir ce prolongement en terme de perdants/gagnants.

Ce projet doit répondre à cinq objectifs :
-réduire les nuisances de la N1O
-trouver une solution qui assure le maintien des capacité actuelle (et non pas une
offre routière en augmentation)
-éviter les zones urbaines
-éviter les sites classés
-trouver une solution qui permette de relier les quartiers
Ces objectifs ne sont pas forcément inconciliables !

Intervention de M. Espinat
Il s’en prend à M. Merlin qui est aussi Président d’Ile-de-France Environnement, et met en cause son objectivité dans ce débat.
On ne peut déconnecter ce débat du local, que les circulations sont beaucoup plus complexes qu’on essaie de nous faire croire, et que cette autoroute est indispensable…
Protestations du public

Intervention d’un habitant du Mesnil :
Il déclare que le trafic des poids lourds n’augmentera pas dans les année a venir, tout simplement parce que le transport maritime est de plus e plus important et permet de transporter des charges beaucoup plus lourdes, et que le trafic des poids lourds se déplace à l’est de la France, donc ne touchera pas les département des Yvelines.

Intervention de M. Vandewalle
Contestation des habitants de la ville nouvelle…
Il déclare alors… « Je sais que pour certains d’entre vous je représente le diable, mais je ne veux pas créer de conflits »
Une personne dans le public s’écrit alors : « Si vous n’étiez pas là, l’autoroute serait là depuis longtemps !
M. Vandewalle répond : « Ce n’est me faire que trop d’honneur de dire cela ! »
Il déclare qu’il ne veut pas mettre les deux territoires du PNR et de la Ville Nouvelle l’un contre l’autre…Les deux territoires sont complémentaires. Il déclare qu’ « effectivement les habitants du PNR profitent des emplois et des services de la ville nouvelle, mais que c’est aussi ces habitants qui remplissent les caisse de Saint-Quentin ! »

Intervention d’un militant de Cap 21 (Groupe politique de Corinne Lepage)
Les objectifs en terme d’environnement, c’est la division par 4 des émissions de gaz à effet de Serre d’ici 2050…En qu’en conséquence, il faut développer des modes de transports alternatifs comme le covoiturage, développer les parkings…

Intervention de Jean-Pierre André , Maire adjoint de Montigny :
Il met en cause les prévisions de la DDE - Ce fut décidemment très à la mode ce soir !

Intervention d’un habitant de Lévis-Saint-Nom
Les prévisions de la DDE prennent-elles en compte le projet d’une autoroute avec ou sans péage ?
La DDE répond que cette autoroute sera gratuite.

La commission clôt le débat à 17h50.

2011 Quels déplacements en 2020 ?. © 2015 - Section d'Élancourt du Parti Socialiste.
Powered by Joomla 1.7 Templates